présentation de notre région

La Charente :
Département de la Charente 16 est un département français. Il tient son nom du fleuve La Charente. Le département a été créé à la Révolution française, à partir de l'Angoumois. La Charente fait administrativement partie de la région Poitou-Charentes. Elle est limitrophe des départements de la Vienne, de la Haute-Vienne, de la Dordogne, de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres. Sa population est de 340 000 habitant, identique depuis 100 ans !
 
La Vallée de la Charente
La vallée de la Charente relie entre elles Angoulême et Cognac. Après un parcours nonchalant de 370 km à travers le Limousin et la Charente, le fleuve rejoint l'océan Atlantique en Charente-Maritime, entre Marennes et Oléron.
En amont d'Angoulême, le « fleuve heureux » prend des couleurs de Louisiane, ses bras d'eau serpentent au coeur d'un véritable bayou. A partir d'Angoulême, la Charente est tranquille et navigable, son cours jalonné de ponts et d'écluses. A certains endroits, elle multiplie ses bras formant une multitude de petites îles... Les anciens chemins de halage qui suivent les berges font aujourd'hui la joie des randonneurs à pied ou à vélo.
 Plage de sable fin au « Bain des Dames » à Chateauneuf-sur-Charente, petits ponts de pierre à Vibrac, village gabarrier de Saint-Simon et abbaye de Bassac au bord du fleuve, belles demeures blanches sur les quais de Jarnac... le fleuve offre plus d'une escale avant d'arriver à Cognac. Puis c'est l'appel du large...
             
 
   
Des lacs à la source
La Charente et la Moulde, son afluent, alimentent les lacs de Lavaud et Mas Chaban. Ces lacs représentent le plus vaste espace lacustre de Poitou-Charentes...
 
 
L'appel de l'océan
A partir d'Angoulême, la Charente est tranquille et navigable jusqu'à Rochefort en Charente-Maritime. Jalonné de ponts et d'écluses, son cours sinueux laisse entrevoir sur les berges châteaux, moulins et fermes viticoles qui ouvrent leurs portes aux plaisanciers.

Au temps des gallo-romains
A Saint-Cybardeaux, le théâtre des Bouchauds témoigne de la présence des gallo-romains en Charente. Edifié sur la voie Agrippa qui reliait Saintes à Lyon au 1er siècle, ses cinq cents mètres de diamètre et sa capacité d'accueil (5 000 personnes) en faisaient l'un des plus vastes de la Gaule. On peut encore voir les gradins et les soubassements de la scène. Il devient chaque été scène de concerts en plein air à l'occasion des Sarabandes des Bouchauds.


COGNAC La ville de François 1er
   
 
Aux portes de l'histoire
Rive gauche, l'histoire a marqué son empreinte au détour des vieilles rues pavées du « vieux Cognac ». Porte des ponts, deux tours à courtine sont les vestiges de ce qui était l'enceinte fortifiée médiévale. Vous passerez ensuite devant le château des Valois qui date du XIIIe siècle pour ses parties les plus anciennes, découvrirez l'église Saint-Léger du XIIe siècle et sa splendide rosace, le couvent des Récollets ou la maison de la Lieutenance et ses colombages...
     
François 1er et le château des Valois
La ville est redevable à François 1er de son développement économique. Celui-ci lança le florissant commerce du sel par le fleuve Charente. Ci et là, une salamandre en pierre incrustée dans le mur témoigne de la présence et de l'influence de François 1er à Cognac.
Le roi naquit au Château de Cognac en 1494. Remarquez sur sa façade le « balcon du roi » soutenu par des salamandres. Le château connaît son apogée entre le XVe et le XVIe siècle. Puis peu à peu négligé, il deviendra Bien National à la Révolution. Aujourd'hui le siège d'une grande maison de négoce, la Maison Otard, le Château des Valois est ouvert au public. Vous y visiterez la salle du Casque, la tour du Comte Jean ou la grande salle voûtée des Gardes...

 
 
La part des anges
Sur les murs de la ville, il y a comme un velours noir... C'est l'évaporation de l'alccol qui ainsi noircit la pierre blanche et que l'on appelle la part des anges. Chaque année, près de 25 millions de bouteilles s'évaporent...

 
   
Deux musées interactifs
Près des quais, deux musées vous révèlent l'histoire de la ville et de son produit phare. Entrez à l'Espace Découverte en Pays de Cognac et au Musée des Arts du Cognac.
     
Le fleuve et la gabarre
Une activité intense a toujours régné sur le fleuve Charente. Les gabarres y transportaient vers la mer, les vins, les eaux-de-vie, le papier et la pierre. En retour, ces bateaux à fond plat d'une trentaine de mètre de long, rapportaient poissons, sel, épices et charbon.
Construite sur les anciens plans d'une gabarre, la « Dame Jeanne » vous invite aujourd'hui à des croisières sur le fleuve, vous permettant de découvrir les plus belles rives de Charente, de Cognac à Saint-Brice.

 
   
Le savoir-faire des hommes
Au coeur de l'entreprise, le savoir-faire prend une toute autre dimension. Si le geste de l'homme reste fondamental, les technologies permettent une plus
     
Cartes des crus de Cognac


Du raisin au cognac : points de repères
Le saviez-vous ?
Le raisin récolté est issu exclusivement de cépages blancs : uni blanc et folle blanche.
Le vin blanc est distillé deux fois dans des alambics en cuivre rouge pour obtenir de l'eau-de-vie.
Le vieillissement des eaux de vie se fait en fûts de chêne provenant des forêts du Limousin ou de Tronçais.
Les maîtres de chais « assemblent » des eaux de vie d'âges et de crus différents.
*** (trois étoiles), VS (Very Special), VSOP (Very Superior Old Pale), Napoléon et XO sont les différentes désignations des cognacs dont le critère premier est l'âge minimum de la plus jeune des eaux de vie assemblées.

Le pineau
Une erreur créatrice
On dit qu'un jour de 1589, un vigneron charentais versa par mégarde du moût (jus) de raisin dans un fût contenant encore du cognac.
Quelques années plus tard, l'heureux étourdi découvrit une liqueur claire à la saveur inédite... le pineau était né, au pays du cognac. 
Rosé ou blanc, un vin muté
Le pineau blanc est produit à partir des cépages : Ugni Blanc, Folle Blanche, Colombard, Montils, Sémillon, Sauvignon...
Le pineau rosé est quant à lui produit à partir des cépages : Cabernet Franc, Cabernet Sauvignon et Merlot.
Le moût de raisin est additionné de cognac. La fermentation du raisin en est stoppée. Le vin est muté, et peut alors être mis en fûts. Il y vieillira à la manière des grands cognacs.

Vins de pays charentais
Ce sont des vins de table « contrôlés » issus de cépages qui peuvent s'épanouir sur les terres argilo-calcaires de Charente.
L'Ugni-blanc, le Colombard, le Chardonnay et le Sauvignon sont les principaux cépages utilisés pou les vins blancs. Le Cabernet-sauvignon, le Merlot, le Gamay et le Cabernet-franc servent à vinifier les vins rosés et rouges.
Le Cabernet Sauvignon est un cépage noir du Bordelais considéré comme l'un des plus grands vins rouges de garde. Sa maturation tardive - vers la mi-octobre - lui permet de profiter des belles arrière-saisons du climat charentais. Principalement vinifié en fûts de chêne, il produit des vins de grande classe, à la couleur sombre et au nez typé.
Quant au Merlot, ses qualités le rendent particulièrement apte aux assemblages avec le Cabernet Sauvignon. Tandis que ce dernier apporte au vin arôme et tannin, le Merlot lui donne souplesse et corps.

Des châteaux à voir
Outre le Château des Valois à Cognac, il y a d'autres belles demeures à visiter dans la région. Le Château Chesnel à Cherves-Richemont est un ensemble de bâtiments restés intacts depuis sa construction au début du XVIIe siècle. Ce n'est pas le cas pour celui de Bouteville. De l'ancienne possession des comtes de Taillefer érigée au XIe siècle, il ne reste que des vestiges. Le site au milieu des vignes n'en est pas moins remarquable.
   

Les grandes maisons de Cognac
Cognac CAMUS

Depuis cinq générations, l'histoire de la Maison Camus se confond avec celle d'une famille de viticulteurs... La Maison Camus est une affaire de famille. Née il y a cinq générations, elle fournit des établissements aussi prestigieux que le Café de Paris dans la capitale française ou l'Hôtel Savoy à Londres. Elle servit même la Cour de Russie, dont le fils du fondateur devint un familier, allant à la chasse avec le tsar.
   
Cognac Courvoisier
Fournisseurs fidèles de la Cour Impériale, les cognacs Courvoisier ont eu l'honneur d'accueillir Napoléon 1er. Il a visité leurs entrepôts en 1811... Au début du XIXe siècle, Emmanuel Courvoisier fonda avec Louis Gallois une maison de négoce en vins et spiritueux. Les relations qu'il entretenait avec certains maréchaux firent de lui le fournisseur de la cour impériale. En 1835, il s'implanta à Jarnac et recentra ses activités autour du cognac. Lorsque Napoléon Ier fut exilé à Ste-Hélène, il emporta des barriques de cognac. Les soldats anglais qui l'accompagnaient parlèrent du « brandy of Napoléon ».


Cognac Hennessy
Au XVIIIe siècle, rêvant de gloire et de fortune, Richard Hennessy, irlandais de petite noblesse, s'engage dans l'armée de Louis XV... Au XVIIIe siècle, Richard Hennessy, irlandais de petite noblesse, s'engage dans l'armée de Louis XV. En 1760, devenu capitaine, il est en garnison à l'Ile de Ré. Séduit par le pays charentais, il renonce aux armes et s'installe à Cognac. Quelques années après, il fonde la société Hennessy et se lance à la conquête des marchés. De naufrage en arraisonnement, la marque s'impose peu à peu sur tous les continents, y compris chez les révolutionnaires : « Hennessy » était le seul mot « gringo » toléré par Pancho Villa


CognacLouis Royer
Quand en 1829, Marie Suzanne Royer, mère de Louis, acquit une maison quai de la Charmille à Jarnac, elle n'imaginait pas que cette demeure deviendrait le berceau de la Maison Louis Royer ! C'est en 1853, quai de la Charmille à Jarnac, que Louis Royer entreprit la construction d'un chai à côté de sa maison familiale. Maître de chais de profession, il conclut des accords avec plusieurs distilleries pour assurer son approvisionnement en eaux-de-vie. La maison Louis Royer était née.


Cognac Martell
Martell est aujourd'hui la plus ancienne des maisons de cognac. Tout commence en 1715, juste après le règne du Roi Soleil... En 1715, venu de Jersey et à peine âgé de vingt ans, Jean Martell fonde ce qui est aujourd'hui la plus ancienne des grandes maisons de cognac. Depuis sa création, l'entreprise s'est toujours attachée à maîtriser totalement l'ensemble du processus d'élaboration de ses eaux-de-vie : distillation, assemblage, vieillissement, mise en bouteille, fabrication des barriques.


Cognac Otard
Maire de Cognac et député de la Charente, le Baron Otard fonde en 1795 sa maison de cognac et achète le château de François 1er.. En 1796, estimant que ses caves offraient des conditions idéales pour le vieillissement du cognac, le Baron Otard achète et restaure le château de Cognac où naquit François 1er.


Cognac Rémy Martin
A la fin du XVIIe siècle, les Martin, famille de vignerons, produisent avec amour et passion un vin blanc léger, pétillant et un peu acide qui, distillé, sert à l'élaboration de l'eau-de-vie...  A la fin du XVIIe siècle, les Martin sont une famille de vignerons du pays charentais. Se découvrant le goût du commerce et de l'entreprise, leur fils Rémy fonde sa propre maison de négoce en 1724. La Maison Rémy Martin est aujourd'hui mondialement connue. Mais, toujours indépendante, elle reste fidèle à ses origines, à son sol et à ses traditions.

nous suivre

Adhérents

se connecter